A partir du 1er janvier 2018, le PTZ sera reconduit pour 4 ans mais il sera recentré sur certaines zones. Les zones tendues (Abis, A et B1) n’appliqueront pas les mêmes règles que les zones plus détendues (B2 et C).

 

PTZ dans le neuf 

Pour les zones Abis, A et B1, rien ne change. Le PTZ financera 40% de l’achat d’un logement neuf. Cependant, pour les zones B2 et C, le PTZ participera au financement de l’achat d’un logement neuf à hauteur de 20% au lieu de 40% et prendra fin au 1er janvier 2019.

 

Ce recentrage a pour objectif de construire plus vite en zone tendue.

 

PTZ dans l’ancien

Pour l’achat d’un bien ancien ou à rénover, les zones tendues seront exclues du dispositif au 1er janvier 2018. Le PTZ ne sera destiné qu’aux zones B2 et C sous conditions de ressources et de travaux.

 

Les principaux critères d’éligibilité

Pour y être éligible, trois conditions doivent être respectées : la zone d’achat du logement, les plafonds de revenus et la taille du foyer. De nouveaux plafonds de revenus seraient mis en place et définis en fonction de la zone où est situé le bien : plus cette zone est considérée comme tendue, plus les plafonds de revenus et le montant du projet seront élevés.

 

Par exemple, les revenus d’un célibataire ne doivent pas dépasser 37 000 euros en zone A ou 24 000 euros en zone C. Un couple avec un enfant, pourra gagner jusqu’à 62 900 euros annuels en zone A ou 40 800 euros en zone C.

Comme aujourd’hui, les opérations d’acquisition dans l’ancien devront comporter 25% des travaux.

 

C’est le moment de vous lancer ! Cliquez ici pour retrouver tous nos programmes immobiliers neufs éligibles au PTZ.